En économie la définition de valeur est : "Évaluation d'une chose en fonction de son utilité sociale, de la quantité de travail nécessaire à sa production, du rapport de l'offre et de la demande." (définition extraite de celle établie par le
Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales (CNRTL)
)

Comment évaluer la valeur de la photographie ?

Son utilité sociale ? La photographie répond bien à une utilité sociale que ce soit la photographie de mariage, la photo-journalisme, la photographie d'exposition. Le doute n'est pas permis sur cette utilité.

La quantité de travail nécessaire à sa production ? Il ne faut pas croire qu'une photo se fait en un clic. La production d'une photo peut demander plusieurs heures, voir plusieurs jours, surtout si on cherche la bonne photo. Ce temps a un coût ce qui donne une valeur.

Le rapport de l'offre et de la demande ? C'est la variable qui pose le plus de problème. Une photo peut être de qualité, posséder une utilité sociale, avoir demander du temps pour la réaliser ; si personne ne veut l'acheter, elle ne vaut rien. Pour qu'une photo prenne de la valeur, il faut que l'offre se développe. Qu'est-ce qui peut faire se développer l'offre ? La publicité, la mode, la renommée du photographe, la mort du photographe, un achat effectué par un leader d'opinion, une exposition, un livre, un passage à la télé, ... un constat : l'offre dépend peu des deux premiers critères définissant la valeur, mais surtout du dernier.

Un exemple  Jacques Henri Lartigue photographie par passion sa famille et tout ce qu'il voit depuis son plus jeune âge, il le fait en amateur, ses photos ont une importance pour ses proches, elle lui demandent du temps pour les réaliser. Ses photos n'ont de la valeur que dans son cercle d'amis et sa famille. Lartigue ne va commencer à être connu comme photographe qu'à la fin des années 50 et surtout après l'exposition de 1963 au MOMA, il a 69 ans, ses photos acquièrent alors un grande valeur.